Page Facebook pour suivre l'actualité de ce site: Bassetorius : tenez vous informé(e) des nouveaux articles et donnez votre avis ! Partagez votre expérience en temps qu'autodidacte sur ce site grâce au groupe de discussion associé à la page facebook.



Atelier de groupe sur l'improvisation musicale


|Atelier d'Improvisation|











INTRODUCTION


|Aller à la table des matières|

L’improvisation peut s’apprendre seul(e) sur des backing tracks mais on fait vraiment ses armes en groupe en improvisant à plusieurs au sein d’une formation stable ou éphémère.

C’est dans cette configuration que l’on doit faire face aux imprévus de toutes natures (tempo, rythmes, mélodies, harmonie …) et que l’on peut évoluer dans son jeu en répondant aux sollicitations des autres musiciens.

Cet article vous propose différentes pistes à explorer avec votre cercle de musiciens.



PARTAGER LA MUSIQUE


|Aller à la table des matières|

Improviser veut aussi bien dire savoir prendre sa part dans la musique que de laisser d’autres prendre la leur.

Autrement dit, ce n’est pas toujours la même personne que l’on doit suivre dans son impro (sauf si c’est volontaire). Tout le monde doit pouvoir lancer des mélodies ou des rythmes sur lesquels on essaiera d’apporter son groove.

Dans une impro, on brode en passant d’idée en idée avec un carcan harmonique ou pas et avec une mélodie directrice ou pas.

Par le terme “broder”, j’entends:

  • ajouter/enlever des notes à la mélodie dans la même gamme ou en empruntant à d’autres gammes,

  • modifier le rythme, le tempo ou le type de mesures (binaire à ternaire …),

  • changer l’instrument qui porte la mélodie (remplacer une guitare par un instrument à vent …),

  • jouer le morceau avec une intensité différente (fortissimo, piano …),

  • On peut aussi adapter les paroles et le chant si il y en a.



BRODER AUTOUR DE L’ORIGINAL


|Aller à la table des matières|

On se prend un enregistrement de référence et chacun étudie la partie qui le concerne pour pouvoir ensuite revisiter le morceau.

Cette méthode est assez formatrice car elle suppose de déchiffrer à l’oreille ou sur partition le matériel musicale de la chanson et de broder autour.

Cela peut permettre de mieux comprendre les choix du compositeur ou des musiciens.

Une variante de cette méthode d’improvisation est d’adapter le morceau à un style convenu. Jouer un morceau en style Reggae, Rock, Blues, Jazz …



PARTIR D’UNE GRILLE D’ACCORD


|Aller à la table des matières|

À contrario, on peut simplement partir d’une grille d’accords connue ou pas et plus ou moins complexes ou d’une mélodie directrice. Trois accords suffisent (voir moins) ! Cette méthode nécessite moins de préparation et se base sur l’expérience des musiciens et leur capacité à improviser et à enrichir les improvisations des autres.



POURQUOI PRÉPARER UNE SÉANCE D’IMPRO ?


|Aller à la table des matières|

L’idée de préparer l’atelier d’impro est que chaque musicien arrive dans l’atelier avec du matériel rythmque, harmonique ou mélodique afin d’organiser un véritable partage lors des improvisations.

Cela peut permettre de mettre en pratique une gamme / une grille d’accords que l’on aurait travaillée préalablement ou un rythme de batterie (voir des fills) ou des riffs de basse.



UN ATELIER AVEC QUI ET DANS QUEL ESPRIT ?


|Aller à la table des matières|

Faire un atelier d’impro avec des musiciens du même niveau ou un peu plus élevé et que l’on connait est beaucoup moins dramatisant. Il faut bien commencer quelque part ! Sachez qu’une improvisation peut procurer beaucoup de plaisir ! On est beaucoup plus attentif à ce que l’on joue que lorsque l’on est dans la répétition et chaque expérience est différente.

En couplant cet atelier à un travail personnel sur votre instrument, vos improvisations prendront du corps et seront de plus en plus riches.

Restez ouvert quand aux styles joués vous permettra d’explorer différents univers musicaux.



EXERCICES D’IMPROVISATION


|Aller à la table des matières|

L’improvisation peut prendre la forme de différents jeux/exercices. Voici quelques exemples des plus simples aux plus difficiles:

  • Variations : Faire des variations sur un thème ou un groove tout au long de la chanson.

  • Walking bass : C’est une technique de soutien rythmique et de l’harmonie à la basse / piano ou orgue hammond utilisé dans le blues et le jazz principalement. Cet accompagnement inclue des mouvements diatoniques, chromatiques et en arpèges.

  • Solo : Un instrument se met en avant dans l’espace musicale de la formation. Si l’instrument soliste est la batterie alors le solo se fait sans accompagnement (en général). On peut fixer un nombre de mesures de solo ou laisser le solo courrir jusqu’à ce qu’une phrase musicale soit jouée ou qu’un signe distinctif soit fait au groupe de musiciens.

  • Chase : Plusieurs solistes prennent chacun leur tour le lead sur un nombre de mesures définies. Ils se répondent. Lorsque la batterie fait partie des solistes, la formation est muette durant le solo de batterie.



J’AI PAS LE NIVEAU, QUE FAIRE ?


|Aller à la table des matières|

Pour penser à improviser, il faut être à l’aise techniquement sur son instrument. Si votre atelier d’impro vous fournit les grilles d’accords/chansons suffisamment en avance pour les étudier, vous avez plusieurs choix selon votre niveau:

  • étudier la partition/tablature et reproduire l’original. C’est très formateur. Pour mettre en relation la position des doigts sur l’instrument et le son, je vous conseille de chanter intérieurement et en même temps de jouer la partition. Le son entendu extérieurement et intérieurement doivent être de même fréquence.

  • construire votre propre ligne instrumentale sur la base de la grille d’accords. À votre rythme, prenez le temps de chercher les notes qui vous viennent à l’esprit et écrivez les dans une tablature ou sur une partition pour vous en souvenir puis travailler votre mélodie. C’est un très bon exercice qui vous fera progresser à coup sûr à force de répétition !

  • écouter de la musique dans le style de la chanson sur laquelle vous voulez improviser en étant attentif à votre instrument. Puis créér une ligne instrumentale inspirée (ce n’est pas grave si il y a du pompage !), essayez d’être imaginatif tout en vous laissant inspirer par ce que vous aurez écouté.

  • vous entraîner à improviser sur la grille d’accords afin de bien intérioriser la grille d’accords

  • consulter les gammes que vous pouvez appliquer sur les accords de la grille et chercher des plans, des mélodies différentes de ce que vous avez l’habitude de jouer. Cela nécessite des connaissances théoriques en harmonie/analyse.

L’atelier d’improvisation est fait pour apprendre et est adapté à tous les niveaux. Installez vous dans l’ exercice qui vous convient et quand vous vous sentirez prêt, passez à l’exercice suivant.



RECUEILS DE CHANSONS / STANDARDS


|Aller à la table des matières|

Voici des recueils de chansons contenant des standards dans différents styles:



COVID-19 ?


|Aller à la table des matières|

Que faire si un confinement est à nouveau mis en place empêchant les membres de l’atelier de se rencontrer ?

Plusieurs solutions passant toutes par internet sont envisageables:

  • Jouer à distance en live ! En utilisant Jamulus (logiciel gratuit), on peut jammer en ligne. Cela nécessite un bon réseau (de préférence la fibre optique) et une connexion par câble ethernet à sa box ainsi qu’une carte son et un ordinateur … Bref c’est faisable mais tout le monde ne dispose pas forcément de ces conditions !

  • Jouer à distance par mix interposé. Cela nécessite une carte son et un ordinateur (voir une carte son et une tablette ou un téléphone - à confirmer). En utilisant un service payant comme wikiloops, on peut disposer d’un espace privé sur le cloud pour partager de la musique (5€/mois pour le groupe au moment ou j’écris ces lignes).

    Le principe de fonctionnement est le suivant: quelqu’un commence par créer un modèle avec son instrument, il posera la structure du morceau et éventuellement les accords ou la ligne mélodique selon l’instrument puis les autres musiciens ajoutent leur instrument au mix précédent. Tous les mixs ainsi créés s’organisent en arbre de possibilités. Très pratique pour travailler l’impro à son rythme. Cependant, cela nécessite l’utilisation d’un DAW (Digital Audio Workstation) pour enregistrer son instrument et faire un mixage. Même si tout musicien moderne devrait connaître les rudiments de l’utilisation d’un DAW, son utilisation peut être un frein. Le DAW le plus utilisé pour débuter s’appelle Audacity. Il est gratuit, multiplateforme et propose une interface simple destinée aux novices.



ILLUSTRATION EN VIDEO


|Aller à la table des matières|





ARTICLES CONNEXES


|Aller à la table des matières|




Page Facebook pour suivre l'actualité de ce site: Bassetorius : tenez vous informé(e) des nouveaux articles et donnez votre avis ! Partagez votre expérience en temps qu'autodidacte sur ce site grâce au groupe de discussion associé à la page facebook.


WebmasterPlan du site
Hébergement du site chez OVH